Mes bonnes résolutions...

J’apprends à me respecter !

J’apprends à me respecter !

 

Le respect de sa propre personne prend sa source dans ce que les coachs de vie et les spécialistes de la psychologie nomment « estime de soi ». Autrement dit, il est essentiel de faire taire ses dénigrements internes. Cette bonne résolution y invite…

> Je me centre sur moi et j’accepte la façon dont je me perçois
Aucun être humain, aussi idéalisé soit-il, n’est exempt de défauts. À partir de cette certitude, cessez de vous comparer à quelqu’un d’autre et prenez une feuille de papier. Tirez un trait vertical et notez sur la colonne de gauche une faille qui vous gêne chez vous. Sur celle de droite, écrivez une qualité qui vous honore. Répétez sept fois le processus. Voilà une page vous représentant avec vos défauts et vos qualités du moment. Stoppez tout jugement et acceptez l’entièreté de ce que vous aurez consigné. Recommencez le lendemain, après avoir pris soin de jeter la feuille de la veille. Cet exercice de centration et d’acceptation vous permettra peu à peu d’évoluer en réalisant que rien n’est figé et qu’il ne sert à rien de s’autoréduire.

> Je ne ressasse plus mes erreurs passées
Abandonnez progressivement les discours du type : J’aurais dû. Si j’avais su. C’est ma faute… Le passé est révolu et vous n’y pourrez rien changé. Se respecter consiste aussi à se pardonner et à ne pas ressasser les erreurs commises. Inscrivez-vous dans le présent. Si vous pensez pouvoir réparer, faites-le dès que possible et vous serez libéré. Ainsi êtes-vous riche de ce qu’il ne faut plus faire.

> Je m’autorise à être ce que je suis
Vous n’avez pas à vous conformer aux désidératas d’autrui s’ils ne correspondent pas fondamentalement à ce que vous êtes. Sachez que chercher à tout prix la reconnaissance de l’entourage conduit, in fine, à une impasse. Pensez à un désir que vous n’exprimez pas par peur d’être rejeté par vos proches. Ne le mettez surtout pas sous le boisseau. Considérez-le, appréciez-le. Le nier et le refouler serait une façon de ne pas vous narcissiser. Voyez ensuite s’il est vraiment réaliste par rapport à vos propres critères. Vous commencez à vous autoriser à être ce que vous êtes fondamentalement.

> Je prends soin de moi
Le respect de soi passe aussi et surtout par la prise en compte de sa corporalité. Prenez soin de votre santé, de votre alimentation, de votre apparence. Se prendre en charge à ces niveaux-là est très important. Bichonnez-vous, aimez-vous en vous offrant une séance chez l’esthéticienne, ou chez un spécialiste du relooking. Si sur votre liste de défauts, vous constatez que des aspects dérangeants reviennent de jour en jour, prenez une décision en vous faisant aider par un professionnel. Cherchez des informations sur Internet pour vous inscrire à un stage, par exemple. Tout problème possède sa solution, dit le proverbe.

> Je ne m’étaye plus
L’étayage revient en quelque sorte à vivre son existence par procuration, en omettant soigneusement de passer à l’acte et de s’engager ! Autrement dit, s’étayer consiste à attendre qu’autrui choisisse pour soi. Ce peut être le cas si vous avez envie de voir un film qui vous intéresse mais que vous attendiez que votre conjoint vous accompagne au cinéma quand il l’aura décidé. Se valoriser requiert de se donner les moyens d’assister à la séance sans avoir besoin de lui. Vous ne conduisez pas ? Rien ne vous empêche de prendre les transports en commun.

> J’ose dire ce que je pense
À condition de le faire avec discernement, il est primordial d’exprimer ses sentiments, ses doutes, ses désirs… A fortiori si votre avis est sollicité. Une forme d’irrespect pousse à se taire. Les psychologues connaissent bien les ravages que peuvent entraîner ces non-dits. Une trop grande frustration de cet ordre conduit à des rancunes et lorsque la coupe déborde, une simple contrariété peut libérer un véritable tsunami dévastateur. Beaucoup de disputes frisant la violence sont dues à cette constante rétention de la parole.

> J’ai droit à l’erreur
Tout le monde peut se tromper, entend-on souvent dire. Cet adage populaire doit vous inciter à oser vous exprimer sans pour autant craindre des foudres de réprobations. Apprenez à le faire dans une mesure convenable. Souvent, nos erreurs nous enseignent davantage que nos réussites. Il s’agit de prendre des risques et de sortir de ce que certains psychologues appellent la zone de confort. C’est aussi une manière de repousser ses limites.

En résumé
Apprendre à se respecter constitue un engagement vis-à-vis de soi-même qui nécessite certes persévérance et courage… Mais les fruits se récoltent à coup sûr lorsque la décision est prise. N’oubliez pas que personne, absolument personne, ne peut vivre votre vie. Vous êtes seul concerné par votre histoire ! Cette évidence ne signifie cependant pas qu’une aide psychologique éventuelle soit à exclure. Sans perdre de vue toutefois cette citation d’un maître de sagesse : « Je peux vous conduire à la source mais je ne peux boire l’eau à votre place »…

 

 

D'autres " Bonnes résolutions "...

 

 Mentions légales  Signesetsens.com ©


 
jeu-test-bilan-psychologie-quizz-tirage astuces-pratiques-pour-maison-habitat-serein