Gustave Flaubert
entre romantisme et réalisme

Gustave Flaubert entre romantisme et réalisme


« Madame Bovary », « Salammbô », « Éducation sentimentale », ces œuvres majeures et incontournables restent non seulement des fleurons de la littérature du XIXème siècle mais gardent également un côté intemporel. Reprises par le cinéma, la télévision, faisant l’objet de moult interprétations et études, elles émanent d’un homme jovial au quotidien qui, pourtant, n’est pas dupe de la complexité de la psychologie humaine. Un homme à la croisée des paradoxes, naviguant entre romantisme et réalisme, pudique sur sa vie privée, exubérant et passionné lorsqu’il est question de son art.

Gustave Flaubert débute son existence le 18 décembre 1821, dans une famille de la bourgeoisie rouennaise. Caroline, sa mère, est fille de médecin, et son père, Achille, est chirurgien à l’Hôtel-Dieu. Les Flaubert habitent un appartement de fonction avec leurs trois enfants. Gustave s’ennuie dans cet environnement, se sentant plus proche de sa cadette Caroline, que de son aîné Achille, qui – d’ailleurs – suivra tout naturellement les traces de son père en devenant médecin à son tour.

Un élève doué mais indiscipliné !
Gustave Flaubert n’échappe pas aux coutumes de son milieu social : il devient interne (!), à 11 ans, au collège Royal de Rouen. Ses résultats scolaires sont tout à fait acceptables mais un comportement rebelle se dessine au fil des années et se manifeste ouvertement à l’adolescence. Romantique et exalté, il rédige des contes fantastiques, se démarquant de l’enseignement traditionnel qu’il assimile néanmoins avec une étonnante facilité. C’est dans cet état psychologique qu’il expérimente une passion amoureuse muette, lors de la période estivale de 1836 et qui perdurera toute sa vie. Ce n’est que 35 ans plus tard qu’il osera écrire une lettre d’amour enflammée à sa belle... L’objet de ses désirs, Élisa Schlesinger, mariée à un éditeur de musique, inspirera plus tard d’ailleurs l’« Éducation sentimentale ». En 1838, il rédige « Mémoires d’un fou ». Ses frasques lui valent un renvoi du lycée en décembre 1839. Il obtient toutefois son baccalauréat en candidat libre l’année suivante. Pour le récompenser et calmer ses ardeurs, son père lui offre un voyage de 15 jours en Corse, avant d’exiger de lui qu’il s’inscrive à la Faculté de droit de Paris pour devenir avocat. Mais c’est sans compter sur la détermination et le caractère passionné du futur écrivain. Gustave Flaubert fréquente plus volontiers les jeunes artistes bohèmes parisiens que les cours de droit ! C’est à cette époque qu’il fait la connaissance des célébrités du romantisme et se lie avec Victor Hugo.

Introspection et voyages
En janvier 1844, alors que Flaubert est toujours officiellement étudiant, une crise d’épilepsie le dégage définitivement de l’obligation paternelle à poursuivre son cursus. Il quitte Paris et s’installe à Croisset, résidence secondaire de la famille Flaubert, non loin de Rouen. Commence une existence introspective, accentuée par le décès de son père en 1846, puis de sa chère sœur Caroline. À l’abri du besoin grâce à un héritage confortable, Flaubert peut enfin s’adonner à plein temps à sa passion. Afin d’étayer ses projets littéraires ambitieux, l’écrivain a besoin de nourrir son imaginaire. En 1849, suivant les traces de Chateaubriand et de Lamartine, il part pour l’Orient avec son ami Louis Ducamp. Pendant plus de vingt mois, ils parcourent tour à tour l’Égypte, la Palestine, la Syrie, le Liban, l’Asie Mineure. Ses carnets de voyages se remplissent méticuleusement : Constantinople, Athènes, Naples, Venise, autant de visites qu’il met à profit pour intégrer des connaissances indispensables à ses futurs écrits.

Le choix du réalisme psychologique
De retour dans sa retraite de Croisset, Gustave Flaubert se met au travail avec une rigueur quasi obsessionnelle ! Chaque page fait l’objet d’une attention d’esthète. Flaubert ne laisse rien au hasard. La forme et le contenu ont pour lui la même importance. Il choisit alors de s’inspirer d’un fait divers, celui d’une femme de la bourgeoisie sombrant dans l’amoralité. Il ne met pas moins de 56 mois pour écrire « Madame Bovary », un roman réaliste et psychologique qui lui vaut, dans un premier temps, les foudres de la justice. On lui reproche son réalisme et une incitation à la débauche… En 1858, il gagne néanmoins le procès et devient du même coup un écrivain célèbre. On parle aujourd’hui de « Bovarysme » pour décrire ce que Flaubert appelle la faculté d’illusion qui est en germe dans tout individu et source de bien des déboires. Il s’agit de rechercher une vérité « à nous faire crier », selon les propres termes de l’auteur. Il montre au lecteur une Emma Bovary victime des illusions qu’elle nourrit elle-même. Véritable satire du romantisme féminin, ce roman inaugure le roman dit réaliste.

Le style avant tout !
Plus que tout autre écrivain, Gustave Flaubert est obsédé par la beauté du style. Il n’y a ni beaux ni vilains sujets, pense-t-il. Le but de l’art, c’est le beau avant tout… Flaubert est un esthète. Guy de Maupassant, qu’il considère comme son fils spirituel, en témoigne : Il écoutait le rythme de la prose, s’arrêtait pour écouter une sonorité fuyante, combinait les tons, éloignait les assonances, disposait les virgules avec conscience, comme les haltes d’un long chemin… Si Flaubert est fondamentalement un sceptique à propos des choses humaines, il reste un de nos plus grands prosateurs, vouant à son art une foi indéfectible qui soutient toute son existence et lui donne sens.

Un être solitaire devenu un maître
Gustave Flaubert n’est pas à proprement parler un Casanova. L’aspect désabusé de sa personnalité l’empêche de nouer de véritables relations amoureuses. Malgré l’exaltation de son adolescence, ses rapports éphémères avec George Sand et Louise Colet, Gustave Flaubert renvoie l’image d’un être solitaire entièrement voué et dévoué à la littérature. C’est dans ce contexte que le 8 mai 1880, à l’âge de 57 ans, à Canteleu près du hameau de Croisset, que l’écrivain est terrassé par une attaque cérébrale. Inhumé à Rouen, les écrivains de renom – Émile Zola, Alphonse Daudet, Guy de Maupassant…– l’accompagnent à sa dernière demeure, voyant déjà en lui un maître. La postérité ne leur donne pas tort…


Valérie Charmet

 

main
cadeau signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web gratuit signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web magazine Votre Blog & Forum de Signes & sens



 
 

Signes & sens, le site créé pour les femmes et les hommes respectueux de l'écologie relationnelle et environnementale...


Signes & sens Web
Articles : Psycho | Développement personnel | Santé / Forme | Sport & loisirs | Médecines douces | Bio | Cuisine | Beauté / Bien-être | Parapsychologie | Jeux / Psy-tests | Psychobiographies | Interviews | Bulletins d'humeur | Espaces : Psycho - Être - Confiance en soi | Parents - S'entendre - Relations positives |  Coaching - Se réaliser - Maîtrise de soi | Zen - Se régénérer - Beauté intérieure | Amour - S'aimer - Couple et intimité | Foi - Être croyant - Engagements | Astro - Prédire - Ésotérisme - Horoscope | Création - Créer - Expression artistique | Détente - Se libérer - Vitalité du corps et de l'esprit | Beauté - (Se) séduire - Bonheur d'être soi | Minceur - S'alléger - Changement harmonieux | Forme/Santé - Se ressourcer - Douceur de vivre | Habitat - (Se) préserver - Confort intelligent | Bio - Vivre sain - Respect de soi et des autres |  Spécialistes : Psychothérapies - Psychologie - Psychanalyse | Bien-être et santé - Vitalité - Bio | Parapsychologie - Spiritualités vivantes - Thérapies alternatives | Développement personnel - Coaching | Stages et Formations | Jeux-test - Bilans psychologiques gratuits | Conférences Psy Audio gratuites - MP3 | Astuces pratiques maison | Conseils Doctophyto|Ne déprimez plus | Nos prénoms nous parlent | Phrases positives de réussite | Foire aux questions Parapsy | Mes bonnes résolutions | Bons plans | Vos envies ont leur solution | Professionnels, dites NON à la crise | Shopping | Encore + de partenariat professionnel |Notoriété et référencement | Optimisation Web | Réseau social alternatif / Forums & Blogs.

Signes & sens Pratique

Service Publicité - Tél : 09 64 27 16 19

Signes & sens Mémo
Signes & sens - 17 Boulevard Champfleury - 84000 Avignon - Tél : 04 90 23 51 45



Mentions légales  Signesetsens.com ©