La psycho
      dans Signes & sens

      Ordalies : étude de ces conduites
      à risques « ordinaires »

      Ordalies : étude de ces conduites à risques «ordinaires»
      ©iStock

      Si la logique humaine repose sur un désir de liberté totale, celle-ci suppose l’intégration d’une morale solidement ancrée afin de n’impliquer personne d’autre que soi dans des agissements répondant à des impulsions dénuées de sens pour autrui. Les ordalies, plutôt classées de nos jours dans le registre de conduites à risques quasi-quotidiennes, notamment chez les adolescents, semblent échapper aux règles les plus élémentaires de civisme et de civilités. En d’autres termes, il s’agit d’une sorte de liberté d’indifférence.

      Il est bien évident que tout passage à l’acte barbare, contre une société et contre l’individu lui-même, est fatalement déterminé par une cause. Cependant, le sujet qui exerce, clame, impose, prône une sorte de libre-arbitre, défiant la mesure, demande à être mis sous (haute) surveillance. N’en déplaise aux adeptes du laxisme, ceux-là même qui semblent ignorer le registre de la responsabilité qui fédère ou ceux encore qui confondent individualisme et individuation. Le terme ordalie renvoie au jugement divin, ordal signifiant d’ailleurs, en anglais ancien, jugement. Ainsi, les individus donnant à constater des comportements à type de conduites autodestructrices, donc destructrices quoi qu’il en soit, conduisent le psychanalyste à une seule et même considération : un sentiment de toute-puissance chez ces sujets singuliers qui présentent une jouissance à contrôler leur entourage, à exercer un pouvoir, une menace sur leurs proches et par voie de conséquence, sur les anonymes !

      Un moi sacrificiel


      Une patiente me relatait que son fils, âgé de dix-sept ans à l’époque, lui avait demandé de signer une décharge, puisqu’il était alors mineur, pour pratiquer un saut à l’élastique. La mère refusa en expliquant au jeune homme qu’il lui suffisait d’attendre douze mois, soit sa majorité, pour assumer en totalité son désir, sans que cela engage la responsabilité de la génitrice pour un acte inutile. Celui-ci devenu plus qu’adulte, me dit-elle, n’a jamais sauté à l’élastique par la suite ! David Le Breton, auteur de Passion du risque (Paris, Métaillié), associe jusque dans le titre, de façon pertinente, le risque à la passion… Il parle d’« ordalie moderne » dans le sens où l’inconscient, confondant la vie et la mort, à l’instar de la roulette russe, s’illusionne sur une confusion qui découle d’une béance interne: se servir du jeu pour menacer le je. Cette façon d’ex-sister, au sens lacanien du terme, cherche à attirer l’attention, à monopoliser le flux émotionnel de l’environnement, à jouir d’un plus qui sent à mille lieues l’hallucination. Ainsi, la thèse de Le Breton implicite que la jeunesse d’aujourd’hui, hyper protégée, hyper écoutée, hyper entendue, hyper assistée (pour la plupart), va rechercher des limites extrêmes afin de sortir d’un cocon qui l’étrique, qui la réduit, qui l’étouffe. On retrouve dans les propos de ce professeur de sociologie la marque du principe original de l’ordalie : en quelque sorte, il s’agit là d’une sorte d’auto-bizutage qui tenterait de déterminer si l’individu, aux prises avec des pratiques démoniaques, est apte à supporter l’insupportable, c’est-à-dire la vie. Cette passe d’un autre registre n’est pas sans rappeler l’épreuve du feu, la scarification, l’immolation par offrande du corps… Le moi sacrificiel, qui exclut la réalité du soma, attribué à un autre dans un délire qui sépare l’esprit du corps, se retrouve aussi chez le conducteur qui circule au volant de sa voiture en état d’ébriété, chez l’ado qui justifie sa consommation quotidienne de joints parce que ça le détend, chez le toxicomane qui se donne en spectacle, voulant délivrer un message (hermétique), se posant ainsi en Sauveur d’une planète – la nôtre – au mépris des conventions écologiques les plus basiques. La liste est longue de ces conduites à risques (souvent) « ordinaires » qui peuvent nous toucher insidieusement, de surcroît, tout au long de l’existence. L’alcool si con-vivial qui coule volontiers à la moindre occasion, la cigarette si séduisante qui se veut signe de ralliement tel un calumet de la paix, les pilules du bonheur qui gomment (pour un temps) les angoisses, les doutes, les mauvaises questions (somme toute la réflexion), la TV réalité qui permet de trouver qu’au fond on n’est pas si mal que ça et qui exige de faire l’impasse sur ses propres attitudes à changer ou à transformer… Voilà encore de quoi frémir lorsque l’on réalise que tout ça, c’est l’Homme du XXIème siècle… Qu’est donc devenue notre créativité et son potentiel d’adaptation ? Les ordalies aujourd’hui ne seraient-elles alors que le triste reflet d’une société en crise ?

      Des adolescents fragilisés


      Une société en crise est avant tout une société qui se laisse manipuler par trop d’assistanat. Les mass média divisées (les faibles et les forts, les opprimés et les répressifs, les pauvres et les riches, les ignares et les intellos, les pacifistes et les rebelles) ont de plus en plus de mal à prendre conscience qu’elles se laissent dominer et affaiblir. Tatouages, piercing, vont bon train. Le commerce s’en mêle, les artistes donnent le ton, les psys se taisent… le plus souvent, sauf s’il s’agit d’automutilations, cas auquel on veut bien leur accorder un peu de crédit. Et encore… Faut-il rappeler aussi que les ordalies sont intimement liées à la notion de bande, donc de rituel ? Maryse Esterle-Medibel, éducatrice de rue pendant une décennie, devenue docteur en sociologie et chercheur au CNRS, dans son ouvrage La bande, le risque et l’accident, décrit de façon objective les profils de ces sujets délinquants, ces recalés de la vie, qui utilisent un processus de déplacement pour recréer à leur manière une micro société avec une hiérarchisation des valeurs, décalées – bien entendu – par rapport à un corpus humanisant. Rappelons ainsi que la clochardisation connaît ses lois, ses règles, ses exclusions inhérentes au groupe, comme un sens de l’honneur… Et si aujourd’hui, dans un certain milieu, le vol s’appelle kleptomanie, que fuyons-nous au point d’imaginer que les ordalies ne concernent qu’une couche défavorisée de la population ? Délinquants potentiels, chauffards en puissance, addictants plus ou moins camouflés quotidiens, il serait temps de réfléchir à ce que signifient ces états régressifs. Et si les bac – 7, selon les statistiques, ont plus de risques de tomber dans des pièges pernicieux, les bac + 7 n’y échappent pas non plus. Pascal Hachet, psychologue, auteur entre autres de Peut-on encore communiquer avec ses ados ? (Editions In Press), insiste sur le fait que « le langage tisse du lien social ». Parlons- nous suffisamment de ces agissements multiples diaboliques qui deviennent banals dans la rubrique des faits divers de nos journaux, tous confondus ? La réponse est contenue dans les conclusions que donnent à leur ouvrage Patrice Huerre et François Marty, Cannabis et adolescence, les liaisons dangereuses (Albin Michel) : Les adolescents, disent-ils, apprécient le statut ambigu du cannabis : produit limite entre le festif et le nocif, entre le légal et l’illégal (selon les pays), entre le bienfaisant (douleurs chroniques, sclérose en plaques) et l’aggravant (en psychiatrie). Mais ce produit maintient une aire d’illusion autour des adolescents fragilisés par leurs troubles. À nous de leur faire comprendre que là où ils croient disposer d’un espace de liberté, ils ne rencontrent que la dépendance…

       

      Chantal Calatayud

       

      main
      cadeau signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web gratuit signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web magazine Votre Blog & Forum de Signes & sens




      Newsletter Signes & sens

       

      Article Signes et sens téléchargeable gratuitement

       

      Signes & sens, le site créé pour les femmes et les hommes respectueux de l'écologie relationnelle et environnementale...


      Signes & sens Web
      Psycho | Développement personnel | Santé / Forme | Sport & loisirs | Médecines douces | Bio | Cuisine | Beauté / Bien-être | Parapsychologie | Jeux / Psy-tests | Psychobiographies | Interviews | Bulletins d'humeur | Espaces : Psycho - Être - Confiance en soi | Parents - S'entendre - Relations positives |  Coaching - Se réaliser - Maîtrise de soi | Zen - Se régénérer - Beauté intérieure | Amour - S'aimer - Couple et intimité | Foi - Être croyant - Engagements | Astro - Prédire - Ésotérisme - Horoscope | Création - Créer - Expression artistique | Détente - Se libérer - Vitalité du corps et de l'esprit | Beauté - (Se) séduire - Bonheur d'être soi | Minceur - S'alléger - Changement harmonieux | Forme/Santé - Se ressourcer - Douceur de vivre | Habitat - (Se) préserver - Confort intelligent | Bio - Vivre sain - Respect de soi et des autres |  Spécialistes : Psychothérapies - Psychologie - Psychanalyse | Bien-être et santé - Vitalité - Bio | Parapsychologie - Spiritualités vivantes - Thérapies alternatives | Développement personnel - Coaching | Stages et Formations | Jeux-test - Bilans psychologiques gratuits | Conférences Psy Audio gratuites - MP3 | Astuces pratiques maison | Conseils Doctophyto|Ne déprimez plus | Nos prénoms nous parlent | Phrases positives de réussite | Foire aux questions Parapsy | Mes bonnes résolutions | Bons plans | Vos envies ont leur solution | Professionnels, dites NON à la crise | Shopping | Encore + de partenariat professionnel |Notoriété et référencement | Optimisation Web | Réseau social alternatif / Forums & Blogs.

      Signes & sens Pratique

      Service Publicité - Tél : 09 64 27 16 19

      Signes & sens Mémo
      Signes & sens - 17 Boulevard Champfleury - 84000 Avignon - Tél : 04 90 23 51 45



      Mentions légales  Signesetsens.com ©