La psycho
      dans Signes & sens

      Le nez, révélateur
      de notre véritable identité

      Le nez, révélateur de notre véritable identité
      ©iStock

      Après le toucher, l’odorat est le premier sens qui se développe in utero, le nerf et les bulbes olfactifs se constituant chez le fœtus à neuf semaines de gestation. Pourtant, bien que déjà sensibilisé aux odeurs intra liquidiennes, le nez du bébé n’assumera sa pleine fonction qu’au moment de sa venue au monde, au contact de l’air.

      C’est peut-être pour cette raison que, métaphoriquement, la Genèse biblique explique : « Et Yahweh, Dieu, forma l’homme… et il souffla dans ses narines un souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. ». Ainsi notre nez est-il le passage obligé de l’esprit de vie…

      Le souffle vital


      Nous pouvons rester plusieurs jours sans manger, plusieurs heures sans boire, à peine quelques secondes sans respirer. Or, si nous, occidentaux, respirons indifféremment par le nez ou par la bouche, la tradition yoguique de l’Inde, forte d’une connaissance millénaire de l’Être, ne se trompe pas sur l’importance primordiale du souffle. Elle nous enseigne que le nez est fait pour respirer et la bouche pour manger. Alors qu’in utero, l’odorat se confondait avec le goût, les deux fonctions sont désormais distinctes. Si nous prenons soin de nous laver la bouche et les dents, la douche nasale quotidienne (le Jala Néti) est institutionnalisée depuis des lustres par les yogis. Elle se pratique à l’aide d’un petit récipient (Lota) contenant de l’eau tiède légèrement salée. Cette méthode permet de dégager les muqueuses nasales (on retrouve le sérum physiologique prescrit aux petits enfants) et de préparer le nez à sa fonction principale qui est de bien respirer. Les bienfaits de la respiration nasale s’expliquent par le fait que l’air inspiré, en passant par le repli des fosses nasales sur sa muqueuse humide et vascularisée, s’y réchauffe. Puis prend le degré d’humidité nécessaire et se débarrasse d’abord sur les vibrisses, puis sur les cils vibratiles, de toutes les poussières et corpuscules atmosphériques qui pourraient nuire à l’intégrité des bronches et de la muqueuse respiratoire. L’air parvient ainsi aseptique au fond des alvéoles pulmonaires. Il est donc important de ne pas négliger les services que nous rend notre appendice nasal. Il y va même de la qualité de notre voix, l’obstruction d’une ou des deux fosses en modifiant le timbre. Aujourd’hui, notre civilisation moderne redécouvre ce savoir oublié par l’intermédiaire de techniques comme la névraxothérapie, l’olfactothérapie, la sympathicothérapie.

      Soyons au parfum !


      La partie supérieure des fosses nasales est pourvue de cellules sensorielles olfactives ciliées qui baignent dans le mucus nasal. Les micro-cils de la muqueuse captent les composants volatiles des odeurs et le mucus les solubilise. Les stimuli se transmettent au premier neurone du nerf olfactif pour aller vers le cerveau primitif, appelé rhinencéphale. Et voilà comment se met en place notre sens de l’odorat. Celui-ci est capable, grâce aux 50 millions de cellules qui composent notre système olfactif, de distinguer plus de 5000 senteurs différentes qui peuvent s’assembler en des combinaisons infinies. Les odeurs sont toujours associées à des souvenirs. C’est pour cela que l’olfactothérapie, en associant odorat (utilisation d’huiles essentielles) et souvenirs, parvient à rendre conscients certains conflits afin d’en éclairer la nature et permettre ainsi au patient d’aller mieux.
      Le langage n’est pas en reste quant aux allusions faites à l’importance de notre appendice nez. Des expressions telles que être au parfum, avoir du nez, je l’ai dans le nez, etc, dépassent bien la seule réalité objective de l’olfaction. Le discours véhiculé parle du nez de façon implicite mais non dénuée de significations inconscientes. De manière subtile et profonde, il y est fait allusion à notre capacité à détecter de façon abstraite des évènements inconnus du présent, en suspension dans l’inconscient individuel et collectif. Ainsi, le nez, comme l’œil, est un symbole de clairvoyance, de perspicacité, de discernement, mais plus intuitif que raisonné. Il est pour certaines peuplades un outil de détection du gibier et des ennemis. Certaines tribus l’honorent en le décorant d’anneaux, de bambous. Les femmes de l’Inde ornent leur narine gauche d’un petit diamant qu’elles fixent à l’intérieur des fosses nasales (le point de fixation choisi n’étant pas laissé au hasard). Ludmilla et Boris Bardo, auteurs de « Vous ne pouvez plus ignorer la névraxothérapie », aux Éditions Camugli, signalent que ce point correspond à une zone réflexe de la muqueuse apportant la régulation du rythme cardiaque. Il est d’ailleurs intéressant de voir cette pratique arriver en occident. La seule différence est peut-être qu’elle répond plus à un souci d’apparence qu’à une symbolique précise.

      Touche pas à mon nez !


      La chirurgie esthétique permet aujourd’hui de changer son apparence. Si la nature nous a affublés d’une particularité que nous jugeons anormale, nous avons le pouvoir de réaliser le fantasme d’être comme tout le monde. C’est-à-dire de passer inaperçu pour, pense-t-on, être mieux intégrés à une communauté, voire à la société. Ainsi, on peut maintenant changer de nez comme de chemise, pour peu qu’on le trouve trop long, trop petit, trop gros, trop mince ou, à l’inverse, pas assez, comme on l’aurait voulu… Cette volonté de vouloir modifier ce qui est fait partie d’un comportement typiquement occidental. Elle est liée à une certaine recherche de perfection qui amènerait le bonheur. Mais quelle sorte de perfection ? Et pour quelle conception du bonheur ? Aux États-Unis, des Noirs à la peau claire se font refaire le nez et les lèvres afin de ne pas subir la ségrégation raciale. À New York, des immigrants irlandais choisissent de troquer leur nez camus pour des nez britanniques, se font recoller les oreilles. Débarrassés de ces traits caractérisant la nature irlandaise dégénérée, les voilà devenus de véritables Américains… La singularité est ici niée et l’on prend le risque d’une identification pas toujours justifiée. Méfions-nous de l’uniformisation des canons esthétiques ! Pour ne pas nous sentir rejetés, devons-nous vraiment nous résoudre à posséder un nez standard ?
      Souvenons-nous des dérives eugéniques du siècle passé en ce qui concernait les juifs. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la première rhinoplastie a été pratiquée par Jacques Joseph (qui a d’ailleurs changé son prénom, Jakob ayant une consonance trop juive à son goût). Le 19 avril 1904, il opère un patient dont le nez attirait l’attention partout où il se rendait. On pourrait se demander si échapper au regard des autres est la meilleure façon d’exister. Si la chirurgie esthétique n’est pas à blâmer dans certains cas, attention tout de même à cette recherche de bonheur illusoire. Un nouveau nez peut suffire effectivement à résoudre nos contrariétés ou nous prouver que nous avons pouvoir sur notre corps mais les chirurgiens interviennent seulement sur une image…
      Et si notre nez tel qu’il est était bel et bien le révélateur de notre véritable identité ? Après tout, qu’est-ce qu’il a mon nez ?, pourrions-nous demander à un interlocuteur qui se permettrait de le juger. Et pourquoi ne pas opter pour le slogan : Touche pas à mon nez !

       

      Jean-Pierre Lacroix

       

       

      Qu’est-ce que l’agueusie ?

      Ce terme – qui vient du grec gueusis – signifie une insuffisance notoire ou même une absence totale des sensations gustatives. Rééquilibrer ses papilles peut passer dans un premier temps par une consultation psychanalytique. Effectivement, tout symptôme s’étaye sur un conflit inconscient. Pour exemple, si la filiation a connu des personnes alcooliques sur plusieurs générations, l’inconscient peut développer un mécanisme de défense qui consistera à rejeter tout ce qui peut s’assimiler à du plaisir en bouche. D’où la mise en place d’une sorte de paralysie fantasmatique des papilles gustatives. Des aïeux ayant présenté un bec-de-lièvre peuvent aussi avoir généré une mémoire transgénérationnelle maudite au niveau de la zone buccale. Tout comme une généalogie comportant des sourds-muets. Autrement dit, un travail sur soi en profondeur peut contribuer à réveiller un palais endormi.

       

      main
      cadeau signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web gratuit signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web magazine Votre Blog & Forum de Signes & sens




       

       

       

      Signes & sens, le site créé pour les femmes et les hommes respectueux de l'écologie relationnelle et environnementale...


      Signes & sens Web
      Psycho | Développement personnel | Santé / Forme | Sport & loisirs | Médecines douces | Bio | Cuisine | Beauté / Bien-être | Parapsychologie | Jeux / Psy-tests | Psychobiographies | Interviews | Bulletins d'humeur | Espaces : Psycho - Être - Confiance en soi | Parents - S'entendre - Relations positives |  Coaching - Se réaliser - Maîtrise de soi | Zen - Se régénérer - Beauté intérieure | Amour - S'aimer - Couple et intimité | Foi - Être croyant - Engagements | Astro - Prédire - Ésotérisme - Horoscope | Création - Créer - Expression artistique | Détente - Se libérer - Vitalité du corps et de l'esprit | Beauté - (Se) séduire - Bonheur d'être soi | Minceur - S'alléger - Changement harmonieux | Forme/Santé - Se ressourcer - Douceur de vivre | Habitat - (Se) préserver - Confort intelligent | Bio - Vivre sain - Respect de soi et des autres |  Spécialistes : Psychothérapies - Psychologie - Psychanalyse | Bien-être et santé - Vitalité - Bio | Parapsychologie - Spiritualités vivantes - Thérapies alternatives | Développement personnel - Coaching | Stages et Formations | Jeux-test - Bilans psychologiques gratuits | Conférences Psy Audio gratuites - MP3 | Astuces pratiques maison | Conseils Doctophyto|Ne déprimez plus | Nos prénoms nous parlent | Phrases positives de réussite | Foire aux questions Parapsy | Mes bonnes résolutions | Bons plans | Vos envies ont leur solution | Professionnels, dites NON à la crise | Shopping | Encore + de partenariat professionnel |Notoriété et référencement | Optimisation Web | Réseau social alternatif / Forums & Blogs.

      Signes & sens Pratique

      Service Publicité - Tél : 09 64 27 16 19

      Signes & sens Mémo
      Signes & sens - 17 Boulevard Champfleury - 84000 Avignon - Tél : 04 90 23 51 45



      Mentions légales  Signesetsens.com ©