La psycho
      dans Signes & sens

      Devenir parent aujourd’hui…
      par Jacques Salomé

      Devenir parent aujourd’hui…
      ©iStock

      L'arrivée d'un enfant dans une famille, avant d'être une construction, est une révolution qui déstabilise, fragilise ou restimule une relation de couple. En parallèle à la relation conjugale va donc se construire progressivement la relation parentale.

      Le lien parental est complexe car tissé à l'intérieur d'un triangle : l'enfant en direction de sa génitrice et de son géniteur, le géniteur et la génitrice en direction l'un de l'autre. Démystifions tout de suite une mythologie qui sert souvent d'alibi : si l'amour de l'un et de l'autre des adultes est important, nécessaire, souvent essentiel, il n'est pas suffisant pour élever un enfant. Il faudra quelque chose de plus ; la qualité d'une relation toujours en évolution sera nécessaire pour accompagner un enfant au plus près dans les premières années de sa vie et en trouvant chaque fois la bonne distance dans les années suivantes.

      Un lien triangulaire


      Devenir parents se fait trop souvent dans une sorte d'improvisation et paradoxalement de répétition. Les nouveaux parents, en effet, vont avoir tendance, soit à reprendre des modèles qu'ils ont connus avec leurs propres parents soit, à l'inverse, à créer des contre-modèles en opposition avec leur vécu. Le propre de l'être humain est d'arriver au monde inachevé et donc en état de dépendance vis-à-vis de ceux qui auront à l'élever. Un des malentendus qui va s'inscrire dans beaucoup de relations parents-enfants est que cette dépendance physiologique (nécessité de soins alimentaires, chaleur, sécurité, sécurité physique) va entraîner une dépendance relationnelle, affective, émotionnelle qui risque de se prolonger et de structurer des relations futures sur un mode soit d'aliénation, soit d'ambivalence. Une phrase comme : Mais moi, j'ai besoin de mes enfants, je ne sais pas ce que je deviendrais sans eux, est lourde de signification.
      Pour continuer à situer le contexte dans lequel se structurent et se construisent les relations parentales, rappelons aussi que la grande habileté des enfants est de savoir réveiller l'ex-enfant qui est en soi. Et cela est parfois difficile et douloureux à gérer car l'intervention de l'adulte ne se fait pas dans le sens d'une réponse la plus adéquate aux besoins de l'enfant, mais sera conditionnée par la nécessité d'apaiser une peur, de juguler une angoisse ou, au contraire, sera liée à la satisfaction d'un désir chez l'un ou l'autre des parents. Se construire comme parents, ce sera aussi accepter d'entendre dans les moments les plus inattendus, au travers des situations les plus banales, l'irruption du retentissement, la remontée en eux des situations inachevées dans leur histoire ou le réveil de blessures anciennes.
      Découvrir que nos enfants, avec une habileté et une acuité incroyables, peuvent restimuler notre propre enfance, est un apprentissage indispensable pour devenir des parents cohérents.
      Une des fonctions fondamentales des adultes en devenir d'être parents, c'est d'être à la fois des ponts, des passerelles et des filtres pour favoriser la rencontre de leurs enfants, avec un environnement adapté à leur évolution et avec le monde des adultes, qui, lui, n'est pas toujours adapté aux enfants. Cet accompagnement- là supposera vigilance, cohérence, rigueur.

      La fonction maman…


      A partir de là, voyons quelles seront les grandes fonctions qui devraient être présentes dans toute relation parentale. J'appelle fonction parentale un ensemble de comportements, de gestes, d'attitudes, en vue d'un objectif conscient, tourné vers l'épanouissement d'un enfant. La fonction maman est la plus favorisée au début de la vie d'un bébé. Celui-ci a surtout besoin, de façon quasi permanente, de cet étayage, qu'il soit exercé par la génitrice ou par un substitut. La fonction maman est caractérisée par une présence proche, attentionnée, disponible, par l'utilisation, au-delà de la parole, de tous les autres langages, tels le toucher, le regard, la respiration, l'énergie bienveillante. C'est une fonction qui vise à la gratification, à la satisfaction des besoins fondamentaux, à la sécurisation. Cette fonction est soutenue par une qualité de relation s'appuyant surtout sur le donner et le recevoir.
      La fonction mère est un ensemble de comportements, d'attitudes, de gestes, de paroles, d'interventions visant à démystifier chez l'enfant l'illusion de la toute-puissance infantile ; cette illusion lui laisserait croire que ses désirs seront tous et toujours satisfaits ou que l'univers, et surtout sa mère et sa famille, sont à son unique service ! C'est donc une fonction moins gratifiante que la fonction maman, plus privative, plus frustrante et qui ouvre à une dimension de conflits possibles. La fonction mère, harmonieusement dosée, est susceptible de soutenir positivement la rencontre de l'enfant avec les frustrations inévitables de la vie. Elle est le complément indispensable à la fonction maman.
      La difficulté, pour certaines femmes, sera de s'investir dans ce rôle qui leur donne parfois le sentiment de faire de la peine, de risquer d'être vues comme mauvaises ou méchantes puisque frustrantes ou répressives. Ces dernières décennies, une psychologisation des relations mère-enfant, parfois excessive et mal intégrée, a laissé croire aux mères et aux pères qu'ils risquaient de traumatiser ou de nuire au développement de l'enfant, s'ils ne répondaient pas à toutes ses attentes. La fonction mère s'appuie sur des demandes, des exigences et des refus.
      Un équilibrage des relations, par une alternance des fonctions parentales, sera ainsi à traverser pour chaque enfant. Apprendre à gérer les grandes composantes qui sous-tendent tout échange (demander, donner, recevoir, refuser) fera également partie de l'apprentissage parental. Aussi me paraît-il souhaitable de rappeler que les parents sont là pour répondre aux besoins des enfants, au moins jusqu'à un certain âge, pour ensuite favoriser l'acquisition d'une autonomie suffisante pour qu'ils puissent à leur tour répondre à leurs besoins, et qu'ils ne sont pas là pour répondre à tous les désirs de leurs enfants mais, éventuellement, les aider à en réaliser quelques-uns. Cela comporte un corollaire : les enfants ne sont pas au service du désir des parents !

      La fonction papa


      La fonction papa, à la fois proche et différente de la fonction maman, est, elle aussi, gratifiante, bienveillante, soutenante. Elle s'appuie sur des paroles, des conduites, des comportements qui favorisent la dé-fusion de la mère et du bébé ; elle comporte une dimension ludique pour les apprentissages corporels ; elle conforte l'impulsion de l'enfant pour une ouverture sur l'extérieur. La fonction père est un ensemble de balises qui visent à poser des limites, des interdits, des exigences ; les repères et autres positionnements viendront renforcer, soutenir, ceux de la mère ou se différencier de ceux-ci.
      Quelques pièges à éviter dans la communication parents-enfants :
      <La pratique abusive d'injonctions vis-à-vis de l'enfant.
      < La mise en cause de l'enfant à partir de disqualifications, de dévalorisations ou de comparaisons.
      < L'usage de menaces, de coercitions ou de violences physiques.
      < La culpabilisation, en donnant à l'enfant l'impression qu'il est responsable de notre état de mal-être ou de bien-être.
      < Le maintien des relations dominant/dominé car, quand il n'y a pas d'alternance possible dans les positions d'influences, l'enfant devient soumis ou rebelle.
      Quelques règles d'hygiène relationnelle appliquées au quotidien sont susceptibles de développer des échanges plus vivants, moins mortifères entre adultes et enfants :
      < Ne pas confondre sentiment et relation (Il y a risque de collusion chaque fois que nous disons J'aimerais que tu prennes ta douche ; il me paraît plus pertinent de dire Je te demande de prendre une douche).
      < Entendre les demandes, le vécu, le ressenti de l'enfant, plutôt que d'essayer d'apporter une réponse à un problème.
      < Apprendre à faire avec eux plutôt que pour eux, pour ne pas entretenir dépendance et ambivalence.
      < Favoriser l'expression du ressenti et accepter d'entendre que derrière toute question il y a une interrogation.
      < Enfin, être à l'écoute des autres langages : les enfants n'utilisent pas que les mots pour s'exprimer ; ils sont les spécialistes des langages du corps ; ce qu'ils ne peuvent dire avec des mots ou ce qui n'est pas entendu quand ils arrivent à mettre des mots, sera hurlé dans la violence des maux ou de comportements dérangeants ou atypiques. Tous les comportements sont des langages à entendre, même si nous ne décodons pas tout de suite leur sens.
      Une relation parentale vivante, stimulante, porteuse de croissance pour chacun des protagonistes, ne se construit pas uniquement sur des intentions, de la bonne volonté ou des sentiments mais à partir de moyens concrets et fiables, dans une pratique au jour le jour. Je souhaite, qu'à l'avenir, on puisse enseigner la communication relationnelle à l'école comme une matière à part entière. J'ai même la croyance que ce seront les enfants qui apprendront à leurs parents le b.a. ba d'une méthodologie possible pour communiquer autrement. En attendant, il est possible de faire référence aux quelques balises que je propose et même d'en inventer d'autres pour une vie plus conviviale entre parents et enfants.

       

      Jacques Salomé est l'auteur de :
      - « Papa, Maman, écoutez-moi vraiment », Ed. J'ai lu.
      - « Apprivoiser la tendresse », Ed. J'ai lu.
      - « C'est comme ça, ne discute pas », Ed. Albin Michel.
      - « Une vie à se dire », Ed. de l'Homme.

       

      main
      cadeau signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web gratuit signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web magazine Votre Blog & Forum de Signes & sens



       
       

      Signes & sens, le site créé pour les femmes et les hommes respectueux de l'écologie relationnelle et environnementale...


      Signes & sens Web
      Psycho | Développement personnel | Santé / Forme | Sport & loisirs | Médecines douces | Bio | Cuisine | Beauté / Bien-être | Parapsychologie | Jeux / Psy-tests | Psychobiographies | Interviews | Bulletins d'humeur | Espaces : Psycho - Être - Confiance en soi | Parents - S'entendre - Relations positives |  Coaching - Se réaliser - Maîtrise de soi | Zen - Se régénérer - Beauté intérieure | Amour - S'aimer - Couple et intimité | Foi - Être croyant - Engagements | Astro - Prédire - Ésotérisme - Horoscope | Création - Créer - Expression artistique | Détente - Se libérer - Vitalité du corps et de l'esprit | Beauté - (Se) séduire - Bonheur d'être soi | Minceur - S'alléger - Changement harmonieux | Forme/Santé - Se ressourcer - Douceur de vivre | Habitat - (Se) préserver - Confort intelligent | Bio - Vivre sain - Respect de soi et des autres |  Spécialistes : Psychothérapies - Psychologie - Psychanalyse | Bien-être et santé - Vitalité - Bio | Parapsychologie - Spiritualités vivantes - Thérapies alternatives | Développement personnel - Coaching | Stages et Formations | Jeux-test - Bilans psychologiques gratuits | Conférences Psy Audio gratuites - MP3 | Astuces pratiques maison | Conseils Doctophyto|Ne déprimez plus | Nos prénoms nous parlent | Phrases positives de réussite | Foire aux questions Parapsy | Mes bonnes résolutions | Bons plans | Vos envies ont leur solution | Professionnels, dites NON à la crise | Shopping | Encore + de partenariat professionnel |Notoriété et référencement | Optimisation Web | Réseau social alternatif / Forums & Blogs.

      Signes & sens Pratique

      Service Publicité - Tél : 09 64 27 16 19

      Signes & sens Mémo
      Signes & sens - 17 Boulevard Champfleury - 84000 Avignon - Tél : 04 90 23 51 45



      Mentions légales  Signesetsens.com ©