La santé et la forme
      dans Signes & sens

      Épicez votre quotidien !

      Épicez votre quotidien !
      ©iStock

      De la même manière qu’elles ponctuent un plat, les épices mettent en relief l’histoire des Hommes.

      Il y a quarante mille ans, les herbes furent choisies par les chasseurs-cueilleurs du paléolithique et ce régime alimentaire de l’âge de pierre faisait la part belle aux baies, aux rhizomes et à toutes sortes d’herbes et de végétaux mangés crus. Et le plus drôle, c’est qu’aujourd’hui des scientifiques se déclarent fervents défenseurs de cette paléonutrition, comme ce chercheur anthropologue américain, le docteur Eaton, qui lança la vogue de la Paleo Diet. Puis la révolution néolithique a fait naître l’agriculture il y a environ dix mille ans…

      La route sans fin des épices


      Les Mexicains cultivaient déjà les piments il y a plus de sept mille ans avant J-C pour relever leur cuisine. Les Égyptiens embaumaient leurs morts avec de la cannelle et d’autres épices. En Inde, la médecine ayurvédique avait déjà commencé son œuvre il y a plus de dix mille ans avec les plantes et les épices au cœur du système de santé ; les Indiens sont les premiers à avoir consommé du curcuma, du gingembre, du galanga et de la cardamome. En Chine, les herbiers de l’empereur Chen-Nong, qui datent de plus de cinq mille ans, mentionnent les herbes aromatiques. C’est d’Asie, entre les Indes et la Chine, que part la première route des épices, il y a près de cinq mille ans. Ce réseau commercial va s’étendre en Perse, en Mésopotamie et en Égypte. Les navigateurs indiens et chinois vendent des poivres et leurs trésors exotiques. Le marché entre l’Orient et l’Occident ne cesse de s’intensifier avec l’épopée des conquérants tel Alexandre le Grand au IVème siècle avant J-C. Dans la Bible, on cite plusieurs fois les épices comme le cumin, le safran et la cannelle venant de Chine. À la fin de l’Antiquité, les épices ont atteint des prix de luxe et les Européens misent beaucoup sur ces nouvelles valeurs. Elles remplissent les jardins botaniques des plus grands, on les dit magiques et aphrodisiaques. Ce scoop du passé est vrai : leurs huiles essentielles réveillent la libido, comme c’est le cas pour les huiles essentielles de cannelle, de vanille et de gingembre.
      Au XIIIème siècle, Marco Polo découvre la Chine, le gingembre et de nombreuses épices d’Extrême-Orient. Au XVème siècle, Christophe Colomb découvre l’Amérique et introduit en Europe le piment de la Jamaïque et la vanille. Les Italiens ont importé quelques cinq cents tonnes d’épices entre la fin du XIVème siècle et le début du XVème siècle. Venise, la plus grande puissance méditerranéenne, contrôle alors le commerce de l’or et des épices en provenance d’Orient. Les Hollandais vont ensuite batailler dur pour rivaliser avec les Anglais, les Espagnols et les Portugais. À la fin du XVIème siècle, ils ouvrent le premier comptoir hollandais aux Indes orientales, sur l’île de Java. Ils gagneront ainsi le monopole sur la noix de muscade et les clous de girofle. En France, un aventurier botaniste lyonnais nommé Pierre Poivre (1719-1786) décide de partir évangéliser les Chinois et, par une mésaventure qui lui fait perdre une main, il est immobilisé à Batavia, non loin des Hollandais et de leur comptoir. Étudiant les épices sur place, il va impliquer les autorités françaises dans leur culture et sonner le glas de l’hégémonie hollandaise sur la muscade et le clou de girofle. Mais au XIXème siècle, on aborde un tournant puisque le réseau industriel se concentre davantage sur le café, le sucre, le cacao. Les herbes et les épices du bout du monde sont quelque peu délaissées. Il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour renouer avec le métissage culinaire.

      Les épices qui soignent


      Hippocrate (v. 460 – 377 av. J-C) disait à tous : Que ton aliment soit ta médecine ! Le moins que l’on puisse dire en ces temps modernes, c’est que la conscience que l’on a de l’impact des aliments sur notre corps est très éloignée de ce précepte plein de bon sens. Nous avons perdu, à cause de ce satané rendement économique, ce qui devrait être les fondements du savoir alimentaire. Et l’industrialisation est l’une des principales causes de cette destruction fondamentale. Mais heureusement, une nouvelle donnée est en train de faire son chemin dans le système en crise : l’écologie et la conscience du vivant dans toute sa diversité. Cela réveille notre mémoire culinaire ancestrale car les plantes ont toujours été le réservoir de la médecine. Chez nos cousins primates, qui ont encore la chance de vivre dans leur habitat naturel, la forêt, on sait choisir les plantes qui soignent. Nos ancêtres ont fait de même pendant plusieurs millions d’années : ils ont sélectionné les végétaux pour survivre et s’adapter à leur environnement. Au XIXème siècle, la nouvelle science naissante commence à s’intéresser à la recherche des principes actifs des végétaux pour faire évoluer la pharmacopée. Toujours bien vivante, la médecine traditionnelle chinoise et la médecine ayurvédique indienne utilisent les plantes - dont les épices - pour prévenir, équilibrer son bien-être au quotidien et soigner. Parmi les médecines douces, l’homéopathie, l’aromathérapie ou encore la phytothérapie sont trois disciplines qui ont recours aux propriétés médicinales de plusieurs épices, tels le piment doux contre l’angine en homéopathie, le clou de girofle contre la douleur et les spasmes en aromathérapie, et bien sûr les plantes dans toutes leurs diversités en phytothérapie.

       

      Nathalie Giraud*

      *Pour en savoir plus, lire :
      « Épices et santé »,
      Trédaniel Pratique.

       

      main
      cadeau signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web gratuit signes-et-sens-magazine-leader-magazines-gratuits-web magazine Votre Blog & Forum de Signes & sens



      Newsletter Signes & sens

       
       

      Signes & sens, le site créé pour les femmes et les hommes respectueux de l'écologie relationnelle et environnementale...


      Signes & sens Web
      Psycho | Développement personnel | Santé / Forme | Sport & loisirs | Médecines douces | Bio | Cuisine | Beauté / Bien-être | Parapsychologie | Jeux / Psy-tests | Psychobiographies | Interviews | Bulletins d'humeur | Espaces : Psycho - Être - Confiance en soi | Parents - S'entendre - Relations positives |  Coaching - Se réaliser - Maîtrise de soi | Zen - Se régénérer - Beauté intérieure | Amour - S'aimer - Couple et intimité | Foi - Être croyant - Engagements | Astro - Prédire - Ésotérisme - Horoscope | Création - Créer - Expression artistique | Détente - Se libérer - Vitalité du corps et de l'esprit | Beauté - (Se) séduire - Bonheur d'être soi | Minceur - S'alléger - Changement harmonieux | Forme/Santé - Se ressourcer - Douceur de vivre | Habitat - (Se) préserver - Confort intelligent | Bio - Vivre sain - Respect de soi et des autres |  Spécialistes : Psychothérapies - Psychologie - Psychanalyse | Bien-être et santé - Vitalité - Bio | Parapsychologie - Spiritualités vivantes - Thérapies alternatives | Développement personnel - Coaching | Stages et Formations | Jeux-test - Bilans psychologiques gratuits | Conférences Psy Audio gratuites - MP3 | Astuces pratiques maison | Conseils Doctophyto|Ne déprimez plus | Nos prénoms nous parlent | Phrases positives de réussite | Foire aux questions Parapsy | Mes bonnes résolutions | Bons plans | Vos envies ont leur solution | Professionnels, dites NON à la crise | Shopping | Encore + de partenariat professionnel |Notoriété et référencement | Optimisation Web | Réseau social alternatif / Forums & Blogs.

      Signes & sens Pratique

      Service Publicité - Tél : 09 64 27 16 19

      Signes & sens Mémo
      Signes & sens - 17 Boulevard Champfleury - 84000 Avignon - Tél : 04 90 23 51 45



      Mentions légales  Signesetsens.com ©