La santé et la forme
      dans Signes & sens

      Que convoque une angine
      à son chevet ?

      Que convoque une angine à son chevet ?
      ©iStock

      C’est la rentrée et, avec elle, les parents pour leurs enfants et eux-mêmes commencent déjà à se poser et à se re-poser des questions quant à ces somatisations qui, toute bénignes puissent-elles être, entraînent bien des tracas à la maison. L’angine fait partie de cette kyrielle de maladies. Il s’agit, dans ce cas, d’une inflammation des amygdales situées au carrefour oropharyngé. Dans 80 % des cas, l’angine est d’origine virale et fréquente chez les très jeunes. L’infection bactérienne la plus redoutée provient du streptocoque du groupe A quant aux possibles complications cardiaques et rénales mais aussi le rhumatisme articulaire aigu. Citons également l’abcès pharyngé et le phlegmon au registre des infections bactériennes.

      La classification habituelle regroupe plusieurs types d’angines:
      > les angines érymateuses, en générale d’origine virale
      > les angines érythématopultacées (amygdales rouges avec des points blancs)
      > les angines pseudo-membraneuses (la diphtérie)
      Les deux derniers types sont le plus souvent d’origine bactérienne, et enfin:
      > les angines ulcéro-nécroniques (angines de Vincent, mononucléoses infectieuses).

      Les éléments du diagnostic


      Il est, somme toute, assez simple pour un médecin de diagnostiquer l’angine. En revanche, dans la pratique quotidienne, déterminer si celle-ci est d’origine virale ou bactérienne n’est pas aussi aisé, notamment de par la difficulté du prélèvement de gorge chez les jeunes enfants. Le laboratoire d’analyses biologiques fournira la réponse grâce à ce prélèvement. Le médecin peut également, lors de la consultation, discriminer l’origine de l’angine grâce au Streptest, un procédé rapide permettant au praticien d’effectuer lui-même le prélèvement de gorge au cabinet.

      Le docteur Samuel Hahnemann


      Le médecin homéopathe prend en compte le contexte épidémiologique ; ce professionnel fait appel à son sens clinique et à son expérience pour choisir d’emblée un premier remède homéopathique et ensuite, éventuellement, modifier sa prescription en fonction de la vitesse d’amélioration du symptôme. C’est d’ailleurs le docteur Samuel Hahnemann, en 1770, étudiant la toxicologie de l’écorce de quinquina, qui découvrit, en l’expérimentant sur lui-même, l’apparition de symptômes similaires à la fièvre intermittente contre laquelle le quinquina était alors utilisé. Son intuition permit d’établir une relation de similitude entre les effets physiologiques et les indications thérapeutiques.

      Les trois principes

      L’homéopathie s’articule autour de trois principes : la similitude, l’infinitésimalité et l’approche globale de la personne dans son mode réactionnel. Dans le cadre des pathologies aiguës, le « trépied d’Hering » permet la sélection de trois symptômes caractéristiques d’un remède et ainsi de le prescrire. Dans le choix du remède homéopathique, l’amélioration doit être rapide et permet une alternative à l’antibiotique qui n’est pas automatique des publicités institutionnelles ! Précisons, pour revenir plus précisément à l’angine et dans le registre de ce qui n’a pu être dit, ou est resté en travers de la gorge, que cette association s’affirme comme pathologie de l’oralité.

      Posologie et remèdes les plus fréquents


      Prescrire une dilution de 5 CH, 7 CH, ou 9 CH toutes les heures jusqu’à amélioration de la symptomatologie, pour ensuite espacer les prises jusqu’à la disparition des symptômes.
      1) Pour les angines rouges

      Belladonna : la belladone est un remède fabriqué à partir de la plante entière fleurie sèche. Le début de l’angine est brutal, en général après une exposition au froid vif et sec ou au soleil en été, parfois après un coup de froid sur la tête. La muqueuse pharyngée est rouge et douloureuse. Cette douleur augmente à la déglutition avec parfois la sensation d’une main serrant le cou. La température est élevée, le visage rouge avec des sueurs circonscrites à la tête. On relève un pic de fièvre vers 20 heures, pouvant s’accompagner de délires, avec vision de visages grimaçants chez les enfants mordeurs, traduisant une peur de la dévoration. Une modalité importante est l’aggravation à la lumière, au bruit, au toucher. Hahnemann recommandait la belladone aux sujets en contact avec des malades atteints de scarlatine.
      Apis mellifica : le début de cette angine est également brutal, la douleur est piquante, brûlante ; cette douleur est améliorée par le froid local et aggravée en buvant du chaud. La luette est oedémateuse, comme un petit sac rempli d’eau. La fièvre est élevée et sèche avec des sueurs de manière alternée. L’absence de soif est aussi une caractéristique mais une gorgée d’eau froide est acceptée car elle soulage. C’est un remède dont l’effet est éphémère et nécessite donc d’être répété toutes les heures.
      Ferrum phosphoricum : le début de l’angine est progressif ; la douleur est brûlante, constrictive. La température est inférieure à 39° C. On note une alternance de rougeur et de pâleur du visage ainsi qu’une transpiration nocturne.
      Casicum annum
      : la douleur pharyngée est brûlante comme si on avait mangé du poivre ; elle irradie jusqu’à l’oreille. La fièvre est intermittente, la douleur est améliorée par les boissons chaudes. La gorge est rouge sombre et les tympans sont congestifs. L’enfant transpire au moindre effort.
      2) Pour les angines blanches
      Mercurius solubilis
      : ces angines se déclenchent en général à la suite d’une humidité froide. La douleur lancinante irradie jusqu’aux oreilles ; l’haleine est fétide, la langue est blanche et garde l’empreinte des dents. La salivation est abondante avec une soif d’eau froide. La gorge est rouge avec des dépôts pultacés. Notons enfin la présence d’une transpiration nocturne qui ne soulage pas.
      Mercurius corrosivus : les signes généraux sont davantage marqués qu’au remède précédent. La gorge brûle comme des charbons ardents. Aucune pression au niveau du cou n’est supportée. La déglutition est très douloureuse. Ce remède agit plus rapidement que le précédent.
      Phytolacca decandra : la gorge est rouge sombre, surtout les piliers du voile, la luette peut être oedémateuse (Apis). Une sensation de boule de feu dans la gorge, qui est très sèche, irradie jusqu’aux oreilles. La déglutition est très douloureuse, surtout lors de l’absorption de liquides chauds. Parfois, une sensation de corps étranger est décrite avec un besoin d’avaler constamment. La fièvre est élevée et s’accompagne de meurtrissure dans tout le corps avec le besoin de remuer. On peut alterner la prise de Belladona avec celle de Phytolacca.
      Rhus Toxicodendron
      : cette angine débute à la suite d’humidité ou de bains de mer. On relève l’absence de transpiration. La fièvre se déclenche vers trois heures du matin et s’accompagne souvent d’herpès labial (bouton de fièvre). Il y a présence de courbatures, de douleurs cervicales, surtout à droite, avec enrouement.

      L’importance du terrain


      Bien que cette liste de remèdes ne soit pas exhaustive, elle répond néanmoins aux situations rencontrées les plus courantes. Lors d’une consultation en homéopathie, le médecin va interroger son patient d’une manière précise et surprenante pour certains, s’attachant à recueillir des détails habituellement négligés en allopathie. Ainsi, en homéopathie, le contexte psychologique est très important pour désigner le bon remède ; par exemple, la veille d’un examen, certains enfants sous l’emprise du stress peuvent déclencher une angine hyperthermique qui permettra d’évoquer un remède de troc : le Gelsémium, entre autres. Bien que ces remèdes cités soient les plus habituels, il est cependant nécessaire de les compléter par un traitement de fond, lui-même déterminé par l’observation de la constitution du patient et de son mode réactionnel : c’est ce que nous appelons le terrain.

       

      Docteur Fabienne Sermier-Rémillon

       

      Signes & sens, le site créé pour les femmes et les hommes respectueux de l'écologie relationnelle et environnementale...


      Signes & sens Web
      Psycho | Développement personnel | Santé / Forme | Sport & loisirs | Médecines douces | Bio | Cuisine | Beauté / Bien-être | Parapsychologie | Jeux / Psy-tests | Psychobiographies | Interviews | Bulletins d'humeur | Espaces : Psycho - Être - Confiance en soi | Parents - S'entendre - Relations positives |  Coaching - Se réaliser - Maîtrise de soi | Zen - Se régénérer - Beauté intérieure | Amour - S'aimer - Couple et intimité | Foi - Être croyant - Engagements | Astro - Prédire - Ésotérisme - Horoscope | Création - Créer - Expression artistique | Détente - Se libérer - Vitalité du corps et de l'esprit | Beauté - (Se) séduire - Bonheur d'être soi | Minceur - S'alléger - Changement harmonieux | Forme/Santé - Se ressourcer - Douceur de vivre | Habitat - (Se) préserver - Confort intelligent | Bio - Vivre sain - Respect de soi et des autres |  Spécialistes : Psychothérapies - Psychologie - Psychanalyse | Bien-être et santé - Vitalité - Bio | Parapsychologie - Spiritualités vivantes - Thérapies alternatives | Développement personnel - Coaching | Stages et Formations | Jeux-test - Bilans psychologiques gratuits | Conférences Psy Audio gratuites - MP3 | Astuces pratiques maison | Conseils Doctophyto|Ne déprimez plus | Nos prénoms nous parlent | Phrases positives de réussite | Foire aux questions Parapsy | Mes bonnes résolutions | Bons plans | Vos envies ont leur solution | Professionnels, dites NON à la crise | Shopping | Encore + de partenariat professionnel |Notoriété et référencement | Optimisation Web | Réseau social alternatif / Forums & Blogs.

      Signes & sens Pratique

      Service Publicité - Tél : 09 64 27 16 19

      Signes & sens Mémo
      Signes & sens - 17 Boulevard Champfleury - 84000 Avignon - Tél : 04 90 23 51 45



      Mentions légales  Signesetsens.com ©