La santé et la forme
      dans Signes & sens

      Conseils pour une sexualité
      au beau fixe !

      Conseils pour sexualité au beau fixe !
      ©iStock

      Frigidité et impuissance psychique perturbent bien des individus... Les statistiques en attestent : 51 % de femmes assurent que la qualité de leurs orgasmes est médiocre et 39 % d’hommes se plaignent d’impuissance psychique ou de troubles de l’érection. La sexualité est décidément complexe.

      Les perturbations sexuelles ont d’importantes répercussions sur le plan psychologique. Cependant, il s’agit-là d’un ordre bousculé du raisonnement. En fait, ce sont des conflits inconscients qui génèrent, le plus souvent, des retentissements majeurs sur la sphère génitale.

      Les pannes d’amour


      Tout d’abord, l’être humain a une fâcheuse propension à se focaliser, en amour, sur une notion de performances. La regrettable expression c’est un bon coup en témoigne. D’ailleurs, lorsqu’il arrive que nous demandions à un interlocuteur ironique ce qu’il entend par cette affirmation précise, il se sent déstabilisé. En outre, lorsqu’un patient consulte pour des difficultés sexuelles, dans plus de 50 % des cas, notamment chez les hommes de plus de 55 ans, il est très difficile d’entraîner une véritable prise de conscience. Les rationalisations affluent, avec mise en accusation d’une vie professionnelle qui a usé. Ou la prise de traitements médicamenteux (ce qui est faux, après vérification des produits pharmaceutiques dans... 72 % de cas !). Si les femmes vont davantage droit au but, elles mettent plutôt en avant, pour s’auto-déculpabiliser de leur inappétence sexuelle, une routine familiale éreintante, dominée par les habitudes et un partenaire pantouflard (dans 77 % des cas !). Curieux qu’on ne retrouve pas ces incriminations chez tous les sujets du même âge et qui connaissent globalement le même quotidien... Autrement dit, si l’on excepte les problèmes organogénétiques, c’est-à-dire des maladies ayant entraîné de réelles interventions médicales, parfois réductrices comme dans certains cancers (prostate, col, etc.), les défaillances sexuelles ont leurs ressorts dans la tête.

      Ne pas se tromper de sujet


      Si l’amour est physique, cet état appartient donc également au registre cérébral. Et s’il n’est pas question d’avoir toute sa libido agglutinée dans la tête, il ne convient pas davantage de faire travailler son psychisme en surinvestissant le corps. Tout est question d’équilibre. Ainsi, retrouver la voie du désir amoureux requiert de chasser de son esprit la notion d’ébats, au sens le plus basique. Car, si ce terme est, à juste titre, synonyme de plaisir et de jeux érotiques, il devient dangereux de l’associer inconsciemment à une possible notion de lutte, de conflit, de règlement de comptes ! Il est vrai que nous avons une vilaine tendance à oublier que, très vite, l’autre membre du couple peut être assimilé à notre insu consciente à un mauvais objet (dixit Sigmund Freud). Ce qu’exprime Félix, 49 ans : Au début de la relation amoureuse, et quel que soit le type de femmes que j’attire, tout va bien. Puis, au bout de deux mois environ, je commence à me méfier. Mon imaginaire se déclenche. Je vois le mal partout. Je la suspecte de me trahir. Elle devient hostile. Je sens que ma sexualité se fait plus violente. Je l’agrippe méchamment lors de nos rapports sexuels. Je sais que je la fais payer mais je ne sais pas pourquoi... Félix ajoute : La troisième phase est terrible. Je commence à avoir une érection nulle, avec éjaculation précoce. Mes amies me quittent ainsi. Elles disent toutes qu’elles ne me reconnaissent plus... On constate, dans cet exemple, combien le fait de ne pas avoir réglé ses conflits internes amène à la... débandade...

      La chimie au secours de l’échec ?


      Autrefois, les hommes ne se seraient jamais étayés sur les pilules du plaisir. Non pas parce qu’elles n’existaient pas. Mais elles n’existaient pas parce qu’elles n’avaient pas lieu d’être ! Certes, me direz-vous, les statistiques de ce genre ne se faisaient pas. Cependant, une raison plus sérieuse est objectivable, indépendamment du fait que l’espérance de vie a presque doublé en deux siècles. L’homme pouvait être mari, père et amant mais respectait ces registres au fur et à mesure de la journée. Aujourd’hui, on demande à un homme d’être mère avec sa femme et ses enfants, s’il en a... en mélangeant les genres ! Explications. À force d’avoir voulu que l’homme soit le grand protecteur de la cellule familiale, voire le Sauveur, on en a oublié un détail : la gent masculine, si elle doit exprimer sa partie féminine (tendresse notamment) n’est pas conçue pour arrondir tous les angles. La mémoire collective a enregistré la femme, la mère, la matrice, comme une sphère. La pierre d’angle revient à la race masculine. Le père est là pour défusionner, pour couper, en particulier lorsque la mère a du mal à lâcher son enfant. Le fait d’inverser le schéma entraîne un phénomène castrateur pour l’homme dépossédé alors de sa spécificité. C’est ainsi que se met en place le couple homme impuissant/femme frigide. Et même si la médecine se mobilise pour que les pannes d’amour soient prises en charge le plus efficacement possible, on se rend bien compte que le Viagra et autres injections, destinées au corps caverneux de la verge, ne sont qu’un pis-aller tant qu’on sépare le corps de l’esprit. L’échec sera au rendez-vous, plus ou moins déguisé, dans d’autres champs d’action, a posteriori. Le phénomène de déplacement opère si on ne comprend pas ce qui n’est pas réglé. Ainsi, une impuissance psychique éradiquée par comprimés interposés, sans réflexion psychologique, pourra entraîner par la suite des attitudes d’impuissance dans les domaines social, professionnel, amical.

      Une redistribution des rôles


      Il est de bon ton à notre époque que les finances soient séparées dans le couple. Madame revendique son indépendance pécuniaire et Monsieur se prête volontiers à ce jeu qui lui permet de ne pas assumer les dépenses qui le dérangent. Mais il y a un prix à payer chaque fois que la vie est envisagée sous forme de stratégies. Nos mères, nos grand-mères, que nous pouvons plaindre encore parfois, avaient tout de même un grand avantage : leur conjoint leur confiait l’ensemble de la gestion de la maison. Une bonne redistribution des rôles s’imposait en souplesse avec, de surcroît, le bonheur, pour ces dames, de tenir les cordons de la bourse... La métaphore nous en dit long en terme de complémentarité : la confiance est au rendez-vous. Les deux éléments du couple rassurés ne confondent plus ainsi le mode actif et passif, le masculin et le féminin. C’est alors que l’homme, en bon prédateur, sera heureux et satisfait de ramener à la maison de quoi revaloriser son complément. C’est ce que formule à sa façon aussi David Deida dans son ouvrage « Intégrer son identité masculine. Les défis des relations hommes-femmes », aux éditions Le souffle d’or : Le masculin grandit par le défi, le féminin grandit par le compliment... Et si un homme peut aussi connaître des difficultés sexuelles lorsque l’image de sa partenaire l’excite un peu trop, il ne s’agit pas d’oublier non plus que l’amour se joue avant tout sur le mode de l’échange. C’est pour cette raison essentielle que bien des échecs psychosexuels se résolvent dès l’instant où on est capable d’assumer son désir pour l’autre et sa kyrielle d’aléas... Une désidéalisation du rapport amoureux est un des facteurs de réussite. Ce qui signifie que l’amour est fait d’expériences comme chaque registre de l’existence. L’amour n’appartient pas à un cadre différent. Il est porteur de liens. Les liens se délitent uniquement si l’on dénie les parties sombres inévitables de toute relation. Et pourtant, c’est elle qui contient toute possibilité de sublimation. L’amour, comme la sexualité, n’est-il pas fait d’ajustements, d’adaptation, de bricolage et, surtout, de hauts et de bas.

       

      Chantal Calatayud

       

       

      Les pilules du bonheur ?

      Si l’efficacité de certaines substances comme le sildenafil (la molécule du Viagra) n’est plus à démontrer, son équivalent au féminin, malgré les multiples effets d’annonce, se fait malheureusement toujours attendre. Faites attention cependant : certains remèdes sont à double tranchant. Si des médicaments comme le Prozac vous aideront efficacement à lutter contre une dépression, ils peuvent également entraîner une chute du désir sexuel. Sachez, surtout si vous n’avez pas de thérapeute, qu’il est illusoire d’espérer changer tout de suite. L’amélioration sera progressive. Pour accéder au plaisir, vous devez lâcher prise, accepter de perdre, même brièvement, le contrôle de vous-même. Enfin, n’oubliez jamais qu’il est on ne peut plus normal de connaître dans sa vie sexuelle, comme dans sa vie tout court, des échecs et des pannes.

       

       

      Libido à zéro : comment s’interroger ?

      Près d’un adulte sur trois souffre de problèmes sexuels, à en croire des études réalisées en Angleterre. L’absence d’orgasme et la douleur des rapports sexuels chez les femmes, l’éjaculation précoce et la baisse du désir chez les hommes sont les troubles les plus répandus. Pourtant, bien peu de personnes osent demander de l’aide. Qui sont ces mal-lotis du plaisir ? Essentiellement des personnes en difficulté professionnelle, souffrant de problèmes de santé physique et psychologique. Il n’est donc pas étonnant qu’elles hésitent à extérioriser leurs soucis sexuels. Il est pourtant illusoire de penser que ces troubles vont se résoudre d’eux-mêmes. Aucun couple ne peut rester longtemps indifférent face à ce genre de difficulté. Même chez les partenaires les plus unis, la raréfaction des rapports suscite fatalement la frustration et l’agressivité d’un des membres du couple. La personne souffrant du problème sera mal à l’aise, coupable, et ce sentiment pourra se traduire de différentes façons. Refuser systématiquement tout rapport sexuel ou les subir pour faire plaisir à l’autre ne sont pas de bonnes solutions, surtout à long terme. Si vous faites partie de ces sujets, il convient de vous interroger : de quel trouble précis souffrez-vous ? Ceux-ci sont variés : baisse du désir, impuissance, éjaculation précoce, absence d’éjaculation, anorgasmie (absence d’orgasme), vaginisme, dyspareunie (douleurs pendant les rapports), voire dégoût pour toute sexualité. Ces troubles peuvent être causés par des problèmes psychologiques (éducation trop sévère, relations difficiles avec les parents, traumatismes sexuels, peur de se laisser aller, peur de s’engager, dépression), des problèmes conjugaux (disputes, mauvaise ambiance générale), ou encore des problèmes purement physiques (problèmes hormonaux, prise de certains médicaments).

       

      Signes & sens, le site créé pour les femmes et les hommes respectueux de l'écologie relationnelle et environnementale...


      Signes & sens Web
      Psycho | Développement personnel | Santé / Forme | Sport & loisirs | Médecines douces | Bio | Cuisine | Beauté / Bien-être | Parapsychologie | Jeux / Psy-tests | Psychobiographies | Interviews | Bulletins d'humeur | Espaces : Psycho - Être - Confiance en soi | Parents - S'entendre - Relations positives |  Coaching - Se réaliser - Maîtrise de soi | Zen - Se régénérer - Beauté intérieure | Amour - S'aimer - Couple et intimité | Foi - Être croyant - Engagements | Astro - Prédire - Ésotérisme - Horoscope | Création - Créer - Expression artistique | Détente - Se libérer - Vitalité du corps et de l'esprit | Beauté - (Se) séduire - Bonheur d'être soi | Minceur - S'alléger - Changement harmonieux | Forme/Santé - Se ressourcer - Douceur de vivre | Habitat - (Se) préserver - Confort intelligent | Bio - Vivre sain - Respect de soi et des autres |  Spécialistes : Psychothérapies - Psychologie - Psychanalyse | Bien-être et santé - Vitalité - Bio | Parapsychologie - Spiritualités vivantes - Thérapies alternatives | Développement personnel - Coaching | Stages et Formations | Jeux-test - Bilans psychologiques gratuits | Conférences Psy Audio gratuites - MP3 | Astuces pratiques maison | Conseils Doctophyto|Ne déprimez plus | Nos prénoms nous parlent | Phrases positives de réussite | Foire aux questions Parapsy | Mes bonnes résolutions | Bons plans | Vos envies ont leur solution | Professionnels, dites NON à la crise | Shopping | Encore + de partenariat professionnel |Notoriété et référencement | Optimisation Web | Réseau social alternatif / Forums & Blogs.

      Signes & sens Pratique

      Service Publicité - Tél : 09 64 27 16 19

      Signes & sens Mémo
      Signes & sens - 17 Boulevard Champfleury - 84000 Avignon - Tél : 04 90 23 51 45



      Mentions légales  Signesetsens.com ©